INTRODUCTION A LA VEE

BigBen and Vee

BigBen and Jerry’s

JANVIER 2011 – J’ai quitté Paris

Depuis que j’ai quitté Paris enfin .. ma banlieue, je me sens bien mieux. J’ai galéré, j’ai chômé, j’ai bidouillé, j’ai été recalée, j’ai pas mal bourlingué.. depuis je me sens posée. Mais ce n’était pas sans obstacles. J’ai dû m’organiser pour ne pas me retrouver dans la catégorie des ” french roumains” .  Attends, je m’explique. T’es prêt?

Dès le départ, tous les ptits papiers m’ont cassé la tête (obtenir un NIN, inscription dans un GP, ouverture d’un compte en banque). Il a fallu que je m’adapte.  Je pensais être prête. MAIS QUE NENNI !! C’est là que mes galères ont commencé..

Paris 8ème, quartier chicos. Je quitte mon taf à Paris, un cabinet d’avocats dans lequel j’avais attérri par hasard et dans lequel j’avais le sentiment de ne plus y avoir ma place. Néanmoins, le salaire était tout de même très intéressant. Ce n’était pas négligeable.. surtout lorsque tu n’as aucune formation de droit. Tant pis, javais des envies de grands horizons (d’après moi), de commencer une nouvelle Vee et de me lancer des défis. J’ai donc compté mes sous-sous, j’ai fais des bisous et je suis partie la tête pleine de rêves. Eurostar me voici! Mais quelle n’a pas été la chute presque mortelle…

Quitter un boulot d’assistante juridique pour une “équation à deux inconnues” n’a pas été chose aisée. Bien loin d’être bilingue, mais néanmoins capable d’entretenir une conversation convenable, je me fais jeter par les grandes enseignes dira-t-on. Les  Zara, Mango, H&M, et meme Primark (une sorte de grand magasin chinois où on y trouve de tout à des prix PLUS QUE dérisoires) m’ont littéralement boudé. Rhoo c’était trop la loose. Pourtant moi, quand je shope dans ces magasins là, je suis renseignée et servie par des débiles qui ne savent même pas plier un pantalon correctement (MOI AUSSI JE SAIS TOUT METTRE EN BOULE Dukhon) et me dire combien font 59.99Eur -30%.

Bref, ambiance feutrée, tête à tête avec les recruteurs.  Pendant mes entretiens, j’ai eu l’droit à des:

-“What was your previous job?”

-“Well, I used to be a legal assistant in Paris..”

“How come?” me disent-ils.. Why did you leave your last position? I mean .. What made you change your mind to work in retail?”

Pouah! saletés de questions. Obligée de broder, enfin de bégayer tout d’abord et expliquer pour quelle(s) raison(s) on quitte un cabinet d’avocats réputé à Paris pour devenir “cashier in kisdwear” , “sales assistant” , “customer service advisor” ou pire “cleaner”.. :s Mois après mois, j’ai tapé aux portes les plus crasseusses, ça sentait les frites et l’eau croupie. J’ai pris peur. J’étais à deux doigts de m’la jouer ‘fille de joie’.LoL. Mais j’avais tout même des principes NI PUTE, NI SOUMISE. JA-MAIS. CEYMAL et puis bon.. pas dans la rue CEYTROSAL lol.

Bref, Mes maigres économies du départ qui disaient ‘EN-DEUX- MOIS-TU-TROUVES-UN-TAF-POUR-SUR!’ se sont transformées en ‘CA-FAIT-DEJA-SIX-MOIS-TU-COMPTES-FAIRE-QUOI’

Fiouuu! Je ne vous raconte même pas mon expérience CENTRE CHARLES PEGUY!! Une vraie arnaque ce truc. Bon, allez si jvous raconte un peu. Ce centre, en deux mots, c’est un organisme français basé à Londres qui est censé t’aider dans tes démarches admininistratives moyennant un prix d’adhésion de 60 livres. Ah bin oui tu payes pour avoir le droit à tout ça, c’est à dire à RIEN. Et euh .. bin .. euh..  Bin t’attends quoi. Moi j’étais en mode prostitution: le ménage, ramasseusse de kakadchien, essuyeuse de raclures de chiotte, JE PRENAIS TOUT. Mon super ‘conseiller’ me mettait des bâtons dans les roues et  refusait de me communiquer les infos au sujet des offres d’emploi.  .. Mouais, ‘Paraît que j’avais pas le profil .. <__<  ‘Ouais bin paraît aussi que j’avais besoin de payer ma coloc, mes transports et mes victuailles.

8 mois s’étaient déja écoulés et je déprimais. Je n’avais plus rien. [..].. Bon, j’ai tout de même trouver un ‘TRUC‘ que mon boss aimait appeler ‘BOULOT’. This job this, this job that. BULLSHITTT !! J’ai été parachutée dans une plateforme téléphonique en tant que ‘CUSTOMER SERVICE ADVISOR MON CUL’. Je me suis retrouvée assise dans un bureau en open space avec un casque à la salmonelle sur les oreilles, peu de matériel et des chaises à trois pattes. Chaque jour un de mes collègues manquait de tomber de sa chaise d’ailleurs, ou tombait en syncope à cause de chaleurs avoisinant les 300°C en été et les -50°C en hiver. DE LA VRAIE FOLIE ! J’ai duré, j’avais pas le choix. J’ai bossé un an et demi dans ce trou à rat où tout le monde était monitoré comme dans BIG BROTHER, où tout le monde parlait sur tout le monde, où entre collègues on crachait notre venin sur nos Team Leaders ultra COMPETENTS (mouahahah). Un an et demi dans une structure où personne n’était considéré. (VACANCES ? RTT? PAUSE DEJ ? CAFE? CIGARETTE? c’est quoi? BOIRE DE L’EAU? connais pas). Un an et demi à bosser comme une bête de foire de 8h à 17h les lundis, en repos les mardis et mercredis, et de 11h à 20h le reste de la semaine. OUI MOI JE BOSSAIS LE SAMEDI ET LE DIMANCHE! Aujourd’hui je peux être fière, je peux coucher sur mon CV un DEUG d’anglais option wolof, lingala, soniké et bambara EA-SY !!  Et un an et demi à observer mes collègues du plateau  faire du ‘bouche à cul’ aux nouvelles qui étouffaient pendant les périodes de grosses chaleurs. Parce que, clairement, chez nous ça sentait les fesses. Mes managers ‘gratte-cul’ faisaient de la rétention d’information. Trop peur qu’on découvre leurs magouilles,  les bougies et les Dieux qu’ils invoquaient pour faire tourner leur business. La meilleure, c’est que chaque vendredi soir,  entre deux orgies parfumées au curry d’agneau et au Jack Daniel’s, ces mêmes soit disant gros bonnets baisaient (excuse my french) de jolies receptionnistes alcoolisées. Ouuuh la belle blonde du 3ème a été promue !!

Heureuuuuusement dans cette compagnie de sociopathes schizophrénistes,  j’ai fais la rencontre d’un tas de gens sympas. Je ne sais pas comment j’aurais pu tenir si on ne s’était pas TOUS soutenus. Les coulisses c’était quand même quelque chose. L’envers du décor, entre deux appels en MUTE, c’était NOS meilleurs moment de la journée. Chez nous c’était de grandes tablées autour d’attiéké/poisson braisé, de nombreux fous rire, des jeux complètement ouf (1,2,3 soleil – TIMES’ UP – baccalauréat..) et des danses endiablées dans la cuisine. Ni plus, ni moins..

Aujourd’hui, depuis, j’ai été ‘remerciée’ à cause de mes retards et de mes abscences répétées. Mais quelle ironie me direz vous !(haha) But I don’t mind.. really .. I am free like a bird. I believe I can fly and I believe I can f*ck them all too !

AVRIL 2013 – Je me sens bien mieux..

Et, vous venez de lire la préface d’une nouvelle histoire

xx

Advertisements

6 thoughts on “INTRODUCTION A LA VEE

  1. For sur une préface qui en dit long sur une vie a venir biene remplie! Elle ne peut être pire !!
    London est LE lieu des anecdotes et histoires en tout genre! J’attends de lire les tiennes!!

    Like

  2. Mascarade de c****, ses gens la ma Vee. Le Bon cote de la chose cest notre rencontre, nos moments de folies. Entre nos mute, et nos hold….. Xxx

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s