Déclaration d’amour..

J’ai plein d’amour à donner en ce moment et je n’ai pas peur de dire que j’aime mes voisins. J’aime mon voisin No1 surtout,  lorsqu’il me propose de fumer du shit avec lui ou quand il s’invite à regarder la télé CHEZ MOI parce que “no electricity here madam”.  Je ne me lasse pas de rencontrer la fausse petite amie de mon voisin No2 qui aime faire ses “cheveux” dans le couloir (BIG UP la mèche Pony fournisseur officiel de poussière-d’étoile-synthétique qui vole au vent) et l’entendre hurler à la mort “je vais te quitter sale con, toi là tu aimes trop “femmes”. Mais faut pas me donner le sida toi aussi. Héééééé, attends toi là j’appelle mes frères, ils vont te tuer ohh” (dois-je mentionner les origines de ma cousine ou c’est bon?).  Quant à mon voisin No3 du premier étage.. ce joueur de guitare.. lui avec sa famille formidable: environ 9 gamins au total, 9 joueurs/sauteurs/perturbateurs/hyper-actifs…

Quand t’es pas propriétaire d’un plein-pied sur un joli terrain de 4 hectares avec  jardin garni d’arbres fruitiers et de nains de jardin.. Voilà ce qui se passe. Moi, je vis dans une mini-pièce dans un mini-bâtiment rempli de gens, une sorte de vis-à-vis d’ma vee intérieure quoi…  C’est ça mon quotidien. Mes voisins je les aiment tellement que j’ai envie de les pendre par les pieds en attendant que leur sang leur monte au cerveau, qu’ils se fassent dévorer les yeux par des corbeaux. Et que le Diable joue au foot avec leurs  têtes  avant de donner les restes aux crocodiles! Si c’est pas de l’amour ça !

Samedi soir, déja l’histoire du BBQ improvisé par mon voisin No4 dans notre petit bout de cour partagée m’avait moyennnement plu. 19h30, ça va. Tranquille. La musique électronique accordéonnaire en pashto (langue originaire d’afghanistan), euh .. ça va.. par contre à 23h ça m’rend ouf <_<. To, to, to (chez moi on dit pas Toc, toc, qui est là? c’est le loup). TO, TO, TO.  Je frappe, donc,  je demande  à un mec de baisser la musique j’ai besoin de dormir. Il me regarde l’air de dire “j’ai-pas-compris-mais-je-fais-comme-si-j’avais-TOUT-compris”. J’savais que j’aurais dû prendre language des signes comme langue vivante 1 à l’école.  Il baisse. Yeux collés, tempes qui clignotent, la migraine me guette. Une heure après c’est le même bordel?!!? Je me lève à nouveau, à coups de BLO, BLO, BLO dans la porte entrouverte des fêtards. Un “cousin” m’ouvre, l’air tout aussi perdu. Je suis gentille et tout sourire néanmoins. Il me dit OK, parle dans sa langue et puis s’en va. Lui là, c’est mort il m’a vnr et ça va chier dans l’ventilo. L’ignorant ne sait pas qu’il faut pas froisser une banlieusarde, et je sais faire ma vieille négresse aussi. Toi t’es ouf, tu veux mourir ou c’est comment? Jbouge ap tant que t’as pas baissé ta put**n de musique keunarrrr ! Finalement je vois la ganache d’un autre “cousin” qui me dit qu’il fête son anniversaire dans une langue inconnue.. ‘paraît que c’était de l’anglais. Je transpire dans ma robe de chambre et je râcle le sol avec mes tongs en plastique comme un taureau. Je raconte mon barratin blahblahblah. Bon je dois dire aussi que mon discours n’était peut être pas très clair (trop énervée), le mec m’interrompt à chaque fin de phrase simplifiée en me disant “What?” et semble ne pas comprendre mes “MUSIC DOWN PLEASE” (j’ai dit please, tu veux quoi encore? 10 balles et un mars coco? tchuipe). Le mec sort son trousseau de clés et ose me propose d’aller me reposer chez lui, il y fait bon et les draps sont propres qui m’dit.. et que SI  je suis sage j’aurais l’DROIT à un massage! Nan mais toi tu veux mourir c’est sûr. J’suis un peu partie en vrac quand il a ajouté  “Nan, je rigole. Mais est ce que ça change quelque chose si je dis que chuis désolé” avec sa gueule enfarinée qui sent le houblon.. Euh en gros tu dis quoi là? Que tu vas jamais baisser ta musique de charclo? Rhaa. Embrouille nocturne (un mélange de fuck et de ‘culé.. le frenglish, la meilleure des langues pas encore reconnue par l’état!). Et puis quoi, y’a que moi qui fait la rebelle là? Trop énervée de constater que j’étais la seule que ce boucan dérangeait.  3h30 du matin. J’ai menacé d’appeler la police (j’ai hurlé comme une hyène) et puis cette odeur de merguez  et de gras dans l’air m’énervait d’façon. PIN PON PIN PON, la police (bruit fictif parce que je n’ai pas du tout appelé la police, une ambulance devait peut être dans le coin lol).. j’ai entendu des bruits de casseroles, une meuf se faire taper dessus, des allers et venus dans le couloir, la porte d’entrée claquer, et le bruit du vent.  FINITO la fiesta. Bah alors quoi? On n’a pas d’papiers? On n’a pas renouvellé son visa étudiant?!

Muuahahahaha (rire diabolique un peu cissRA sur les bords) ! Moi, faut pas m’chier dans les bottes !

Note pour plus tard: Demander à mon paternel de me confectionner un tambour “ka” et me l’envoyer en express. Pwochen kou sé kon-nyé an ké kon-nyé tanbou an tchou a zot poou vwè ! (la prochaine fois, je vais taper bien fort sur mon tambour pour voir c’que ça vous fait.)

tanbou

Advertisements

2 thoughts on “Déclaration d’amour..

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s