“The Social network”

Bonjour, je m’appelle Jean-Philippe Jeunèpadepersonnalité. Je coupe et je colle (ctrl X + ctrl V) les affaires des gens. <_<

Jean-Philippe, aujourd’hui, il a percé deh! Il vend, il re-crée, il se paie des p*tes et des boulards et verse des litres de Ruinart au sol dans toutes les soirées. Et ça, c’est tous les week-end. Affiché sur tous les réseaux sociaux connus et encore inconnus, il adore les “like” virtuels mais aussi les “like” réels à coup de hochements de tête de loin (on s’est reconnus t’as-hU), de grandes accolades américaines avec serrage de mains, tassage de dos, claquements de doigts prince de Bel-Air, mais aussi à coup de grand léchageS de boules. Jean-Philippe Jeunèpadepersonnalité, ça ne le dérange plus d’être une enflure et une grosse arnaque. Les autres sont là pour gonfler son égo et lui balancer des pluies de billets au visage. Mais qui connait réellement l’histoire de Jean-Philippe? J’veux dire en vrai..

Laissez-moi donc vous la conter.

Jean-Philippe, c’est le connard qui n’avait rien dans la tête mais des dollars plein les yeux. C’était ni un créatif, un intello, un rêveur ou un motivé de la vie. Il n’aimait pas l’école mais aimait amuser la galerie au lycée. C’était le même qui aimait la bicrave et qui avait un certain sens de la “communication”, on appellera ça son petit côté commercial. Il était aussi connu et reconnu pour son goût pointu de la mode et pour flairer les “bonnes affaires”(revente de culottes en coton achetées pour deux francs six sous au Bangladesh, deal de malabars, ou de cartouches de Gitane maïs sans filtre) et savait mettre en exergue ses qualités d’Administateur Des Ventes. Le JP des bas quartiers avait pas mal de bagoût aussi et savait être observateur, très observateur d’ailleurs.

L’observation c’était quand même quelque chose, surtout chez JP. Cette forme d’admiration et de soif de connaissance.. C’est flatteur, avouons-le, et ça procure un certain plaisir. Ça booste l’égo du maître face à un élève assidu (JP) qui regarde un chef-d’œuvre les yeux tout écarquillés. En revanche, savoir interpréter cette “forme d’admiration” chez l’élève… C’est autre chose. Toi ARTISTE avec ta créativité, ta philosophie, ta sensibilité, tes facultés à produire et construire, tes capacités à susciter un quelconque intérêt, séduire, divertir ou capter une attention… ça “inspire” il paraît. Mais en réalité, tout ça là.. ça suscite juste des jalousies et fait souffler un vent de “reproduction” à l’identique de ton travail <_<. Croyez-moi il y a quand même matière à réflexion. Toi, le maître et ARTISTE, tu viens avec un concept qui n’est pas nouveau pour autant et que tout le monde peut aujourd’hui trouver sur Google, mais il faut toujours qu’un d’tes renois malintentionné viennent pomper TON style. Pas celui d’Internet, de Pierre, Paul, ou Jacques mais juste le TIEN quoi. Jeunes frères renois, à quel moment avez-vous décidez de devenir chinois? Walaye, y’a que les chinois made in Taïwan qui reproduisent et copient tout à l’identique et énervent le monde entier par dessus le marché! C’est comme ça qu’on donne naissance à des Jean-Philippe Jeunèpadepersonnalité, des enculeurs de premières qui boivent ton sang et ta matière grise et n’ont aucun scrupule à aller vendre TON idée aux plus offrants. D’ailleurs, certains diront que “c’est la loi de la jungle”, que “fallait protéger ton business”, que “il a eu raison, j’aurais fait pareil”.. “que tout le monde aurait pu avoir la même idée”.. que ceci ou cela. Mais sinon le respect il est passé où? J’veux parler du respect du travail des autres. Quand t’es un batardo, t’es un batardo. Et aussi vrai que “vrais reconnaissent vrais”, la règle s’applique également à tous les batardo qui se font du fric sur TON DOS.

En vrai, ce qu’il s’est passé (et pour la petite histoire)..
Dans le quartier, le trop-bon-pote des bacs à sable et créatif dans l’âme, il a eu l’idée un jour de faire des tee-shirts supers géniaux pour son assoss’ avec un logo super recherché. C’est dur de vendre un concept, c’est beaucoup de temps et d’énergie gaspillée. Surtout qu’aujourd’hui la concurrence (dé)loyale fait rage. Bref, le mec a cogité, a crée pendant des nuits entières pour mettre en avant ce qui lui tenait à cœur depuis toujours. Il a dessiné ses propres modèles, a comparé, a étudié, a fait un business plan, une étude de marché, a fait sa comptabilité, a échoué, s’est relevé.. Toi JP (la teupu), tu as été témoin des nuits blanches de ton gars-sûr, de la sueur de son front, des larmes à l’intérieur de son cœur, de l’argent quémandé et ensuite investi et perdu, tu as également vu le nombre de portes qui lui ont été fermées pour cause de:
-“ce produit est invendable, ça sent trop la caille”;
-“la cible c’est qui au juste? Mouloud-Diouf de la Riberdière?”;
Mais JP la bonté, lui, très concerné par un business (qui n’est pas le sien) a voulu donner un coup d’main à son vieux pote un peu fatigué. À coup de flockage, de rendez-vous avec des grossistes et des choix de matériaux, JP a commençé à bien apprécier voir son agenda s’emplir de petites cases du genre “meeting avec les Frères Dutemple”; “conf-call avec Louis Kissayé, CEO de l’entreprise Anpakonèt”. Évidemment, selon les dires de JP la bonté, le travail fourni était pour la bonne cause: Aider son prochain et venir en aide à un pote du quartier dans la merde jusqu’au cou…  qui par manque d’énergie et de convictions ralentissait productions et ventes. Le vieux pote confiant, lui, à un moment donné il a été tellement crevé qu’il s’est petit à petit endormi dans sa propre entreprise et est même mort dans le film.  JP la bonté prenait au fur et à mesure le dessus sur un business qu’il aimait s’approprier. Clients et fournisseurs ne juraient que par lui et étaient tous persuadés qu’il était  la tête pensante, les petites mains, et le portefeuille! Et au fur à mesure, en partant d’un prototype (d’autrui) et en y ajoutant quelques fleurs par ci, de la poudre d’étoiles par là et un bon paquet de Jean-Philipperies: Un nouveau produit/concept venait de voir le jour. Celui de JP. Voilà ce qu’il se passe lorsque l’élève dépasse le maître et le tabasse à coups de craie et de tableau noir….
La voici la vraie histoire de JP la bonté. Voilà comment est né le bâtard du désert de Gobi.  Aujourd’hui Jean-Philippe Jeunèpadepersonnalité n’est plus enculeur officieux comme à l’époque où il tapait deux trois balles en bas de la cité, il est juste devenu enculeur officiel. Il ramasse TES thunes, TES meufs, TES michtonneuses, et TES followers mon gars! Et se permet même de t’passer devant en soirée et faire semblant de ne pas te reconnaître. Non mais LOL toi et tes balivernes de nouveau riche! Y’a personne sur Terre qui aimerait qu’on lui vole son taf et qu’on s’approprie une gloire qui n’est même pas méritée. Et les droits d’auteur alors? On en fait quoi?
Un bon nombre de “gens” que je connais serait déjà venu saboter ta boutique, ton e-shop ou même mettre le feu à ton stock.. Mais comme on est en 2016 et qu’aujourd’hui l’art est subjectif, qu’il n’est pas protégé comme il se doit.. A quoi bon frapper quelqu’un ou lui casser la gueule. Tes mains, c’est de l’or Morray et ça ne vaut pas le coup de se mettre dans des histoires de cour magistrale. Il n’y a rien de pire que de côtoyer des gens vides et dénués de talent. Parce que mine rien, une personne qui te copie n’est pas un original. Et j’ajouterais que l’être humain n’est pas dupe pour autant. Aussi vrai que le mensonge prend l’ascenseur, la vérité prend toujours l’escalier.. et quant à tes puteries, elles viendront pull up ta carrière un d’ces jours!
La moralité de l’histoire jeunes gens, c’est pas d’arrêter d’être passionné et de mettre son art de côté. Bien au contraire, la vraie moralité serait plutôt:
“Laisse pas traîner ton fils, si tu n’veux pas qu’il glisse..”
[Suprême NTM – Laisse pas traîner ton fils]

 

the-social-network-1

Ps: A tous les JP de la Terre entière, sachez qu’on vous observe et  qu’on exècre votre flagornerie. Alors longue vie à vous bande de pédés ! 🙂

 

(*Traduction: “On ne peut pas se faire 500 millions d’amis sans se faire quelques ennemis” – Jesse Esenberg alias Mark Zuckenberg dans The social network)

Advertisements