Laughing out loud

Est-ce-qu’aujourd’hui on peut encore rire de tout? Euhh.. Pas sûr.

Tout récemment, j’ai eu l’occasion d’assister à un superbe spectacle qui réunissait pas mal d’humoristes français. Une très belle scène d’artistes inconnus au bataillon mais qui justement gagnent à être connus. J’ai passé une très bonne soirée et mes zygomatiques ont bien apprécié le spectacle. J’étais un peu tendue, voire même un peu agaçée mais j’ai adoré cette  ambiance super intimiste. Cette petite salle chaleureuse était intelligemment et suffisamment bien éclairée pour une fin de journée un peu chargée.  J’ai mangé aussi.. un repas simple mais néanmoins très goûtu. En bref, tous les éléments étaient réunis pour passer une soirée détente. D’ailleurs, le public assez  jeune, se prêtait plutôt pas mal aux jeux des humoristes, et se laissait doucement caresser la peau par des vannes pointues sur les noirs et les arabes. Humm.. Encore des blagues sur eux? (enfin nous quoi). Nann…!!!! Si?… Dommage. Moi qui espérais plutôt entendre des blagues sur les problèmes politiques actuels. Comme genre l’histoire de Péné la sa-l*pe qui, en résumé, a fait comme tous les maliens de France et a  bénéficié, gracieusement, des avantages de LA Caisse d’allocations familiales en se faisant porter pâle au travail. Bon, oui dans son travail fictif certes, mais c’est un travail quand même! J’espère au moins que depuis elle sait faire des penne la Péné (krkr) parce que bon.. quand on passé plus de temps à la maison qu’au Parlement… on s’demande si c’est “al dente”.  J’parie même qu’elle fait partie de ces meufs super pressées et limite malpropres qui balayent tout le temps mais qui balancent la poussière sous le tapis en scred. C’est à ça qu’on reconnait les mythos d’façon. Montre moi comment tu fais l’ménage et je te dirai qui tu es. Bref. Et puis j’aurais aimé aussi qu’on parle de Ronald Mcdonald, le mec qui  a l’air de sentir la frite de loin, qui va chercher des zouz communistes dans les pays bizarres là-bas et leur fait des “faf” en 2-2  dans le plus grands des calmes.  Celui qui interdit le financement des ONG qui soutiennent l’avortement. Nan, nous en fait, on s’est pas battues toute notre vie pour ça quoi. Celui qui voudrait construire un mur double face avec un côté pain saucisse hot-dog et un côté guacamole. Celui qui, je cite,  n’hésite pas à nous “mettre la main à la ch*tte” (ndlr: “grab them by the pussy”). Celui qui en plus de sentir la pomme-frite, doit avoir un cornichon extra-fin  vinaigré dans le slip et qui ON TOP OF THAT porte un vieux fond de teint bon marché et un tantinet trop citrouillé! Alors y’a personne qui veut faire des blagues sur un mec comme ça? Et nous distraire un peu.. ? #tchuipe

Mais là encore, je me trompais. On a eu le droit aux éternelles blagues sur les “races” un peu réchauffées et pleines de stéréotypes débiles au sujet des femmes noires et de la pousse magique de cheveux péruviens en format 18 pouces, au sujet des antillais et de notre manière de faire un zouk heureux et dansant sur la mort de belle-mémé, sur les femmes musulmanes et la problématique du port du voile et du burkini  “ô combien diabolisé”, sur les arabes et les emprunts de biens d’autrui à durée éternelle,  sur les babtous.. euh non pas trop sur les babtous en fait. En revanche, à chaque blague un peu communautaire ou de “tèss” il fallait traduire les mots et expressions du genre “khmar, “kherlouch”, “y’a R”, “tèr-tèr” etc.. et souvent expliquer comment répondre à chaque “salamalékoum” qui sortait de la bouche de la plupart des protagonistes. Il fallait également commenter chaque imitation de Booba (assez réussies je dois dire) pour faire comprendre à l’audience qu’il ne s’agissait pas d’une imitation un peu foirée de Valéry Giscard D’estaing et que cela ne faisait pas plus non plus référence à un gentil petit ourson qui aimait dire “92-izi”. Fiouu, c’etait fatiguant en fait. <_<

Franchement, j’admire ces plateaux de jeunes artistes qui font qu’aujourd’hui, cette nouvelle scène, n’est plus exclusivement blanche et cramoisie comme à l’époque. Les gens un peu bizarres comme les Nicolas Canteloup, les Jean-Marie Bigard, les Michel Lebb, Chevalier & Laspalès, et bien il peuvent enfin aller mourir dans l’oubli pour de vrai! Il y a bien trop longtemps qu’ils se sont laissés dépasser par les nouveaux courants d’humoristes aux mille et unes couleurs. Personne n’en veut plus d’ces mecs-là, mis à part Michel Drucker j’imagine…

Mais, je pense sincèrement qu’on devrait renouveler un peu nos blagues et trouver enfin de nouvelles “targets” pour ajouter un peu de piment dans la sauce.  Aujourd’hui, j’commence à me demander si ce n’est pas la peur qui fait qu’on tourne en rond dans les petits théâtres de France. J’me demande si les gens ne sont pas un peu en train de se limiter. Trop de sujets qui froissent. Trop de nouveaux visages frais,  sombres et métissés peut être.. trop de figures caricaturales qui montent sur scène. Du coup, ça donne des trucs un peu comme euh.. j’sais pas.. comme un mec, un vieux pote du lycée. T’sé celui avec qui on a l’impression d’avoir un jour été péta des piles à Prisunic ou des feuilles à rouler au tabac du coin. C’est lui qu’on va applaudir au “Paname” parce qu’il nous ressemble et parce qu’il s’adresse à un public qui lui ressemble aussi. Donc il va, deux fois sur trois, parler comme son public et  vanner son public. Pourquoi?  Parce que c’est le plus réceptif à ce genre d’humour. Et aussi parce que c’est facile de tailler sa propre communauté, la tienne mais aussi celle qui te paraît la plus proche de ta “culture”. Quand je dis qu’on tourne en rond dans l’humour c’est vraiment parce que.. bin  c’est pas tout le monde qui peut se foutre de la gueule des robeus. En fait, c’est simple: y’a les robeus et y’a nous: les noirs. Et vice-versa. Mais il faudrait qu’on se contente de ça? C’est triste un peu nan? Je donnerais tout pour que.. un jour.. rhaa… MAIS LAISSEZZZ. MOI. MONTER. SUR. SCENE. BORDEL. DE. BORDEL !! Nan, j’rigole.

Mais à force franchement, un jour ça sonnera comme les blagues à Toto. (Oui j’ai dit les “blagues à”) Ou pire, comme des blagues Carambar. Naaan!!! Par pitié pas çaa. On en aura tellement marre d’entendre des: “alors, c’est l’histoire d’un robeu, Toto, et d’un renoi qui sont sur un bateau..” <_< .. qu’un beau jour, au lieu de jeter des tomates pourries  sur scène, on balancera des Caranougat. Comme ça, gratuit! Les blagues Carambar, j’sais pas si vous imaginez quand même, mais ça casse pas trois pattes à un canard. Et vous, vous êtes encore là, ..  à blaguer sur les juif, les pizzas et le temps de cuisson? Ah non, pardon. Ça non plus on fait plus. On n’a plus l’droit.  D’ailleurs, Elie et Dieudonné nous ont tout donné à ce sujet. Et puis un jour le tandem un peu atypique s’en est allé sans prévenir, et en laissant derrière lui un humour qui lui était propre et qui faisait rire tout le monde (selon moi). Pas que des Sissoko, des Hichem, ou des Bensoussan. Elie et Dieudo c’etait un symbole quand même! Quand ils nous ont laissés là devant la porte j’ai eu l’impression qu’on avait tout perdu.

Bref en gros, la blague communautaire ça saoule. Moi, ça m’fait rire en plus. Aux éclats même, j’suis un bon public c’est pour ça. Mais j’ai tellement tourné et re-re-tourné autour d’un pot que je suis fatiguée, j’en ai déja trop bouffé des yaourts. Et puis de toute façon le lactose maintenant ça m’donne des gaz. 🙂

Et sinon..

..

..

..

.. “y’a des arabes et des noirs  dans la salle ce soir ?” ..

#BRUH !!

L.O.L

jamel-comedy-club-2

***

TOUJOU NI ON TI LèKSIK

khmar(a): âne, être bête comme un âne, être stupide quoi

kherlouch(a): noir(e)

y’a  R: y’a rien

Zouz: meuf

Faf: papiers d’identité dans le contexte

Péta: voler